Pourquoi j'écris 01

Pour moi, écrire est une activité de pouvoir ; elle est pouvoir d’expérience et de création. Comment ? Pour écrire, il me faut réfléchir. En réfléchissant, je me comprend davantage, je me remets en question, je me transforme de l’intérieur ; ce faisant je réalise, visualise et concrétise plus facilement mon potentiel dans le monde manifesté. En écrivant, je désherbe donc le jardin de mon esprit pour l’ensemencer de rêves vivants et de nouveaux possibles. L’écriture m’apparaît ainsi comme un pouvoir d’être ; nous l’avons souvent entendu, ce que je pense je le suis.. du moins je le deviens.

Quand j’écris, je dois d’abord bien cerner l’idée à partager puis trouver les bons mots pour assurer son intelligibilité et sa claire communication. Souvent, avant même d’écrire un seul mot, je dois visiter et analyser mon monde intérieur, mon expérience, mon émotion, cela afin de mieux comprendre l’essence de ce qui cherche en moi à s’exprimer au dehors.

Quand j’affine ma pensée, élève ma vision des choses et que je franchis les limites de mon vieux moi entretenu seulement par mes vieilles croyances, je modifie la perception que j’ai de moi-même et du monde ; la nature de mes actions et de mes habitudes de vie est nécessairement restructurée. En conséquence, mon identité et le sens de ma valeur personnelle s’accordent sans aucun doute, tôt ou tard, à ces nouvelles considérations. Aussi, l’écriture est un outil d’empuissancement en me permettant de ré-accorder encore et encore mes intentions avec ce que je rêve d’être depuis l’intérieur malgré les distractions incessantes d’une vie complexe en perpétuelle mutation. Plus je suis en accord conscient avec mon essence, plus mon bonheur est authentique et durable et plus ma disposition à servir ma communauté est grande. …


Sylvain Lapointe